Son histoire

Le territoire de Saint-Cyr-les-Champagnes est occupé dès l’époque gallo-romaine.

         La première mention connue de Saint-Cyr-les-Champagnes remonte aux alentours de 1315, sous la forme latine Sanctus Ciricus de Campagnia.

        Au Moyen Âge, le village fait partie de la vicomté de Limoges, laquelle sera érigée en marquisat par Charles IX en mars 1561. Saint-Cyr-les-Champagnes est à ce titre cité dans l'acte de création du marquisat de Limoges.

         La paroisse de st Cyr dépendait avant 1789 de la châtellenie et de l'archiprêtré de Ségur le Château (village médiéval voisin, situé en Corrèze et classé parmi les plus beaux villages de France). Le vicomte de Limoges vendit sa seigneurie à Antoine de Pompadour en 1486.

         Lors de la création des départements français en janvier 1790, la commune fut d'abord rattachée au district d'Uzerche et au département de la Corrèze avec neuf autres communes voisines. Mais ces communes n'acceptèrent pas cette décision administrative. Les raisons invoquées furent essentiellement l'absence de moyens de communication et la distance avec le chef-lieu de la Corrèze.

         Finalement, par décret de la Convention Nationale en date du 23 août 1793, les communes de Payzac, Saint-Cyr-Lès-Champagnes, Savignac-Lédrier,  Génis, Saint-Mesmin, Salagnac, Sainte-Trie, Boisseuil, Teillots et Coubjours furent réunies au district d'Excideuil du département de la Dordogne.   

            Le nom révolutionnaire de la commune devint  "Cyr Les Champagnes" puis elle prit le nom de St-Cirq-Lès-Champagne. Elle abritait autrefois de nombreux tisserands.

           L'église romane des XIe et XIIe siècles est dédiée à saint Cyr et à sainte Julitte, martyrs chrétiens du IVe siècle. Elle fit partie du diocèse de Limoges jusqu'au Concordat de 1801.

Elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1970. Le site de l'église et de ses abords y est inscrit depuis 1944.